WikiBoard de la plate-forme du B25 -  Besançon25-France

      WikiBoard de la plate-forme du B25 - Besançon25-France


WikiniBesancon25   ::       > VDDCrossOverPorkwood

DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-3-232-96-22.compute-1.amazonaws.com


Philou mit l'âne dans un pré et s'en alla vers le poulailler. Il possédait un coq sous le joug d'un sortilège, grâce auquel les poules pondaient trois fois plus d???ufs. La prédiction s'avérait, jusque là, vraie. Ce coq contraignait son propriétaire à une obligation impérieuse : le nourrir avant sept heures pétantes. Il fut interrompu dans cette tâche, que lui avait confiée le magicien lorsqu'il lui avait fait don de cet animal, par la vision de son cochon préféré au groin géant. Et, bien qu'il se soit dit, en son for intérieur, que ce n'était pas le moment de s'en occuper, s'approcha quand même pour, soudain, voir le corps de Poppy, son cochon bleuté.

Il était mort.

Meurtri dans le plus profond de son c?ur et honteux de ne s'en être occupé autant qu'il voulait, il lui coupa le groin, l'emmena dans la remise, lui enleva un à un les poils à la broche-tenaille qu'il tenait de son arrière-arrière-arrière-arrière... grand père et décida de le préparer. Il se mit alors tendrement à la cuisine et entendit le clocher : il était 6h30. Son pauvre Poppy était mort ; il fallait qu'il aille voir le magicien. Peu avant le départ de sa demeure, sur le pas de la porte, il se rendit compte que de l'entrepôt du magicien sortait une épaisse fumée qui semblait englober le village en forme de demi-boule de billard. Le seul endroit d'où elle semblait s'échapper verticalement provenait d'un orifice au dessus de la tour du magicien. Il s'approcha et s'écria « Mais Ques Ke ?ait !?! ». Il se souvint du coq. Il fallait le nourrir ! Si ce n'était pas fait, le gallinacée tuait trois poules pondeuses durant cette même journée.

Il s'en alla alors rapidement au Moulin d'Anatole, le vendeur de farine et de grain, dit bonjour à Laurène, sa femme, belle comme le jour, qui l'avertit. « Il n'a pas dormi », dit-elle avec un sourire. « Fumier de Lapin !, s'écriait Anatole en stress. J'ai perdu tout mon grain hier soir, et je suis sûr que ce quelqu'un là l'a chapardé ! C'est encore cette vipère de magicien : il en avait besoin pour faire je ne sais quelle sorte de sortilège. » Philou prit alors la parole pour dire qu'il n'avait rien vu, si ce n'est, le matin même, de la fumée dans l'entrepôt de la tour du village, demeure du magicien. « Fumier ! », cria Anatole. Alors, dans un élan ravageur, il partit furax en direction des égouts, utilisant son passage secret vers la vieille ville. Philou revint sans rien et il en profita pour jeter un coup d'?il à l'horloge de l'église. Il était 6h57... Il courut dans sa cuisine, prit le museau de Poppy et le donna immédiatement au coq flamand du magicien. « LE pauvre Poppy, se dit-il, quand il allait bien, ce n'était que du bonheur. Tant pis, il rôtira en enfer avec les poulets !»

D'un coup, une grande pensée lui traversa l'esprit. Philou devait en avoir le c?ur net : il prit la direction de la tour, et, alors qu'il arrivait dans l'entrepôt, il se rendit compte qu'il y avait de la fumée mais que rien n'y brûlait. Levant les yeux au ciel en suivant du regard cette tour sacrée, monument phallique qui s'étendait au dessus de lui et de son village, il pénétra, depuis son seuil ouvert, dans la demeure du magicien. Il descendit quelques marches... et tomba nez à nez avec un corps brûlé, rôti comme le museau qu'il devait faire avant qu'il ne le donne au coq flamand juste avant 7h00. « Vérole ! dit-il, Mince de Zut de crotte de biquette ! » D'un coup, il entendit un bruit : un flappotement ; il vit alors un coq de basse-cour qui ressemblait étrangement au coq flamand de son matin maudit : quatre pattes, quatre ailes et un gros corps qui courait tout autour de lui ! « Mais c'est quoi ce FrankenChick? !?? » s'écria-t-il.

Cette étrange bestiole, se faufilant partout et à toute l'allure, tenta de fondre sur Philou qui l'esquiva de justesse et prit ses jambes à son cou, en direction de la sortie. A peine quelques pas avait-il fait vers cette porte de secours, son exutoire hors de ce lieu macabre, que cette bête difforme se lança sur lui. Elle lui picora les pieds, et ses jambes devinrent vertes comme des ?ufs de cailles. Il remarqua que cette satanée bestiole lui faisait mal. Mal et surtout une peur glaciale. Il se débattait et, quand il prit enfin la direction de la sortie, remarqua des poils laineux sur ses jambes. Alors qu'il regagnait sa maison de pierre, il passa à coté de Poppy, son défunt cochon au groin géant. A ce moment-là, il avait faim... très faim, et se demanda ce qu'il allait trouver en revenant chez lui.



Il s'écria : « Créfieu de Poularde ! » en pensant à cette atroce bête qu'il venait de rencontrer. Un haut le c?ur le submergea. « Mes poules, mes poulets... je vais manger cela ce soir. Boniface a dû les nourrir ce matin », pensa-t-il. Au moment d'arriver dans le poulailler, il y trouva du sang, du-sang, du-sang-des-plumes-du-sang-des-plumes, partout-partout-partout. Les corps meurtris des poulets et surtout de Boniface transformé en une bête hideuse, les yeux exorbités, les pattes pleines de poils laineux et une tête de cochon au groin énorme.

Il se mit alors, en larmes, à plumer la première poule qu'il avait sous la main, voyant toutes les plus belles années de sa vie s'évanouir devant lui. Après avoir mangé, il tenta de fuir du village et vit au fond de son regard une belle demoiselle « Elle, je ne veux qu'elle » pensa t-il, et il partit, un rapide baluchon sur l'épaule droite. Il partit dans l'espoir de voir cette femme un jour ou l'autre dans un village voisin, lorsqu'il vit un portrait qui l'arrêta net : c'était la photo de Poppy, son animal préféré.

Quelques années plus tard, Philou mourut et le temps des enchantements du magicien cessèrent. Celui-ci était revenu d'entre les morts et avait transformé pratiquement tous les habitants du village. L'espace d'un instant, l'épaisse fumée noire troubla le village et le FrankenChick? grandit pendant un certain temps, se nourrissant des restes suidés du pauvre Poppy mort durant cette maudite journée.

Un temps incalculable car le village, troublé, en avait perdu la notion. Dans la taverne : >>> Suite
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]