WikiBoard de la plate-forme du B25 -  Besançon25-France

      WikiBoard de la plate-forme du B25 - Besançon25-France


WikiniBesancon25   ::       > SaRRoexistencesDNS

DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-3-239-119-61.compute-1.amazonaws.com
Le nom de domaine est l'adresse électronique simple (une explication plus complexe passerait par des définitions qui ne sont que peu maîtrisés par des développeurs confirmés) d'un site, celle par laquelle les internautes peuvent retrouver une page sur la toile. Il est composé de 3 parties, le préfixe (par exemple : http://www), le radical (par exemple : cci.alsace) et le suffixe ou extension (par exemple : .fr). Cela donne (http://www)(cci.alsace)(.fr) . Chaque extension est administrée par une entité appelée le « registre » (par exemple : Verisign pour le .net, l'Afnic pour le .fr). Ces registres confient l'enregistrement des noms de domaine à des prestataires, les offices d'enregistrement et les bureaux d'enregistrement dont les attributions sont respectivement : de gérer et d'attribuer les noms de domaine et de fournir des services d'enregistrement des noms de domaine.

1. Les extensions génériques : la bataille entre les gTLD et les nTLD


Les Top Level Domains (TLD) ou terminaisons de domaines en français sont les catégories de classement des noms de domaine. Pour en savoir plus, vous pouvez suivre le lien : https://www.les-infostrateges.com/article/les-noms-de-domaine-1-deux-mots-d-histoire-et-de-technique-pure .

Il existe deux types de TLD, les noms de domaine génériques ou gTLD (généric Top Level Domains) et les noms de domaine géographiques ou ccTLD (country code Top Level Domains).

Les gTLD déterminent le secteur d'activité du site. Chaque catégorie à ses propres règles et est administrée par un registre dépendant directement de l'ICANN. Il existe actuellement, en 2022, bien plus que 14 extensions génériques, dont les plus courantes sont :

- « .com » et « .net », au départ, pour les entreprises à vocation commerciale et les organismes ayant trait au réseau. Ces extensions sont devenues usuelles et peuvent être utilisées par tous y compris les particuliers.
- « .edu », « .gov », « .mil », « .int » pour les organismes éducatifs, gouvernementaux, militaires et internationaux
- « .org » pour les entreprises à but non lucratif
- « .biz » pour entreprises a but lucratif
- « .pro » pour les professions libérales ou les professionnels

- « .name » pour les noms de personnes
- « .info » pour les organisations liées à l'information ( sur les noms de domaines ou pas! )
- « .coop » pour les coopératives
- « .aero » pour l'industrie aéronautique

- « .tel » pour les numéros de téléphone
- « .museum » pour les musées

Pour plus d’informations, vous pouvez suivre le lien : http://www.world-informatique.com/internet/domaines/index.html

Cette liste tend à être évolutive depuis la mise en place des nTLDs (new Top Level Domain). En effet, en 2013, une immense vente de noms de domaines (les nTLDs) a bouleversé l’usage initial des terminaisons de domaine. À cette époque, il était possible de réserver et d'acheter une multitude de noms de domaines de premier niveau à un organisme dépendant de l'ICANN. Ainsi, durant l'année suivante sont apparues les .voyage , les .ninja , les .tech ainsi qu'une énorme liste d'extension de mots de plus ou moins 5 lettres. Cela a bouleversé l'usage initial des terminaisons de domaine.

2. Les extensions géographiques : les ccTLDs


Elles correspondent à une zone géographique, généralement nationale. Il en existe environ 250.

Chaque pays a son extension, citons comme exemple le « .fr » pour la France, le « .de » pour l'Allemagne ou le «.uk » pour l'Angleterre. Les «.it » et «.es » étant pour l'Italie et l'Espagne. Pour en savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Domaine_de_premier_niveau_national

En 2005, la terminaison « .eu » a été créée. Cette extension couvât alors tout le territoire de l'Union Européenne, c'est une perspective commerciale intéressante pour les entreprises de cette zone.

La gestion du « .eu » est confiée à l'EURid (european registry of internet domain names www.eurid.org).

3. Les extensions géographiques de second niveau


Les noms de domaine de premier niveau peuvent être complétés par des domaines dits de second niveau. Pour le premier niveau « .fr » par exemple, les noms de domaine de second niveau peuvent être descriptifs d'une activité ou d'un titre (exemples : « .tm.fr » pour les marques déposées (tm pour trade mark) à l'Institut national de la propriété industrielle, « asso.fr » pour les associations) ou sectoriels, c'est-à-dire destinés à une branche d'activité ou un secteur déterminé (exemples : « avocat.fr », « medecin.fr »)

Il faut bien retenir que l'extension de second niveau « .gouv.fr » permet de s’assurer que l’on est bien sur un site officiel de l’administration française.

4. Les noms de domaines internationalisés (IDN)


La ville de Besançon possède une cédille, et dans l'histoire de l'informatique, les lettres spéciales et accentuées n'existaient pas au premier abord. Il est important de se souvenir que la table des caractères standard au début de toute l'informatique d'aujourd'hui (l'ASCII) possédait 128 caractères et comprenait les seules lettres de l'alphabet américain. C'est-à-dire les lettres de notre alphabet latin en omettant les accentuations. De même, seules certaines ponctuations existaient, le reste étant des points de contrôles informatiques correspondant aux claviers des machines à écrire. En résumé : les noms de domaine étaient à l'origine seulement composés de lettres de l’alphabet latin, de chiffres arabes de 0 à 9 ainsi que de traits d’union

La cédille (ç), ou l'eszett (ß) allemand, n'étaient pas dans les caractères initiaux. Le Web n'en a pas fait exception, et les noms de domaines initiaux ne possédaient pas les caractères accentués (é,è,à,ù) européens. Il faut donc traduire les caractères accentués par une adresse quelque peu barbare : besançon25.fr se nomme en fait avec la traduction IDN xn--besanon25-u3a.fr. Ce n’est pas inquiétant de voir cette adresse dans votre navigateur. La traduction se fait normalement automatiquement si votre butineur-internet est à jour.

La traduction IDN permet non seulement d'utiliser les caractères spéciaux des alphabets de chaque pays, mais aussi pour le plaisir, les petites frimousses des smileys (☺) ; qui ont fait leur apparition dans les télécommunications lors de la mise en place et de l'utilisation de la table de caractères internationale (Unicode).

Si vous souhaitez en savoir plus, suivez le guide : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nom_de_domaine_internationalis%C3%A9 .

Au besoin, vous pouvez aussi consulter ces quelques pages internet-web :
https://www.dreyfus.fr/2015/04/08/nouvelles-extensions-de-noms-de-domaine-gtld-lancement-de-lextension-est-ce-mauvais-pour-les-titulaires-de-marques/
https://newgtlds.icann.org/sites/default/files/fast-facts-22dec15-fr.pdf
https://www.dynamique-mag.com/article/extension-site-internet.9674
https://notice-web.fr/le-nom-du-site/terminaisons-nom-de-domaine/
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]